Le REF décerne pour la douzième année sa médaille d’Honneur à ceux de ses membres les plus anciens et les plus fidèles des soixante dernières années.
Elle a déjà été attribuée à 151 d’entre eux entre 2008 à 2018.
Cette année, la médaille 2018 sera décernée à 9 de nos grands anciens, membres de l’association qui satisfont aux trois conditions : être né avant le 1er juin 1935, avoir adhéré au REF avant le 30 septembre 1958 et avoir cotisé à l’association jusqu'à l’année 2018 incluse.
Le résumé du parcours radioamateur de chacun de ces grands anciens, tel que le Service Historique du REF a pu le recueillir, est publié dans le numéro d'avril de Radio‑REF.
La médaille d’honneur du SHREF 2019 leur sera remise par le président du REF lors de l’AG qui se déroulera à Saint-Jouan-des-Guérets (Saint - Malo), à eux‑mêmes ou à leurs représentants, si les récipiendaires ne peuvent être présents.

Jean TK8GZ (F5GZJ)

 

F3MZ, REF 8212 présenté par TK8GZ

Jacques Eble, F3MZ est né le 16 août 1934 à Moulins dans l’Allier. Il a adhéré au REF sous le numéro 8212 le 13 juin 1952, présenté par F8RZ. Il était alors étudiant et habitait à Montigny-lès-Metz en Moselle.  Actuellement il réside à Roquevaire (13).   
A la fin des années 40, la pointe de recherche du point sensible sur la galène le piquera à la radio. Enfin, autorisé en 1952, époque où tout était à réaliser par soi-même, avec un tube miniature moins gros qu'un pouce (6AQ5) au PA, joie des premiers contacts !
Il est appelé au service militaire à Ecole d'Application des Transmissions de Montargis. Sous‑lieutenant en Algérie, le voilà chargé de l'O.B.T. (Ordre de Base des Transmissions) pour un secteur immense où les unités en opération devaient pouvoir communiquer entre elles. C'est là que les connaissances du radioamateur sur les diverses conditions de propagation allaient servir. Et pas de droit à l'erreur…
En 1958, de retour à la vie civile, fabrication de tubes électroniques puis développement des premières alimentations stabilisées à transistors de puissance.
Son XYL, dans l'enseignement, sera contaminée à son tour, obtenant l’indicatif F5EV. Jacques intégrant également l'Education Nationale, ils créeront en Moselle, technique oblige, l'école pour malentendants.
Il prit sa retraite dans les Bouches-du-Rhône. Suite à des difficultés de santé, nombre de ses amis OM le soutiendront. Les radioamateurs, sa seconde famille !

 

 

F5SX, REF 9439 présenté par TK8GZ

Martial Roland Deyber, F5SX est né le 6 février 1935 aux Lilas, Seine-Saint-Denis. Il a adhéré au REF le 16 avril 1956 sous le numéro 9439, présenté par DL5DE REF 8328. Il était magasinier au laboratoire de la police de Paris, il était opérateur de F6IPA (International Police Association), puis militaire aux FFA. Ensuite, il a résidé à Creil (60), il est membre fondateur du radio-club de Creil en 1973 F1KGT - F6KGT. De Creil il est parti habiter à Saint-Pathus (77), puis a déménagé dans le Cantal à Maurs-la -Jolie dont son épouse "Nénette" était originaire.
Il réside actuellement à Saint-Etienne-de-Maurs (15600). Etant plus proche du département 12 et habitant dans un trou, on ne l'entend qu'en décamétrique, jamais sur les relais du 12 ou du 15. Martial participe assez régulièrement au QSO décamétrique du département 12 sur 3612 kHz le dimanche matin, il est aussi QRV tous les soirs sur 3640 kHz avec les anciens du radio-club KGT.  Il vient également aux AG du 12 quand elles ne sont pas trop éloignées de son QRA.
Avec son XYL, il participe à diverses brocantes du coin et apporte du matériel aux AG.


F9SG, REF 9915 présenté par TK8GZ

Jacques Gallienne, F9SG est né le 24 octobre 1934 à Argenteuil (Seine & Oise). Il adhère au REF le 7 février 1957 sous le numéro 9915, présenté par Albert Baumann REF 5962. Il était militaire au 12ème BAN de Saint-Mandrier près de Toulon (83) ville où il réside encore aujourd’hui. 
Sa carrière militaire débute très tôt, à 14 ans, dans les écoles préparatoires de la Marine ; breveté radiotélégraphiste à 17 ans, il est affecté à Toulon sur un bâtiment de l'Escadre, ex-navire de guerre allemand, puis il suit un autre embarquement sur un ex-navire américain. Dans les deux cas, il découvre des beaux appareils de grandes marques de ces deux pays, et le plaisir de les utiliser. Œuvrant alors dans un milieu aéronaval, il lui prit l'envie de voir "comment c'est là-haut " dans les airs . Après un stage de six mois à Agadir, il devint radioélectronicien de bord et prit la direction de l'Extrême‑Orient. Suivirent d'autres affectations sur de nombreux types d'avions, anciens ou récents, sur différentes bases aéronavales. Durant les temps de repos, il lui était possible de laisser traîner une oreille à l'écoute de nos bandes amateur, aussi bien en mer que dans les airs.
Durant des années, il fut membre du réseau radioamateur des anciens de la Marine, créé et animé par un éminent OM : Max F8TH, membre d'Honneur du REF. Chaque opérateur avait son indicatif personnel, le sien était HWY 66. Ils avaient leur fréquence CW en dehors des bandes radioamateurs, 3925 kHz à l'époque. La procédure du trafic était militaire, sous la direction de Marine Paris (FUB). Ce réseau n'a pas survécu à la disparition de F8TH.
Ayant quitté l'uniforme bleu marine encore jeune, il réussit le concours de professeur d'électrotechnique de l'Education Nationale en Lycée Professionnel et revêt la blouse blanche, avec de nombreuses activités OM dont la création d'un radio-club dans un lycée professionnel qu’il a présidé durant quelques années.
Puis il prendra contact avec le radio-club de Toulon où il fut chaleureusement reçu. Cela permit à Jacques F9SG de dire pour conclure : "Cela fait donc 65 ans que je me sens bien dans le monde des radioamateurs et que chaque mois j'apprécie la lecture de notre bulletin témoignant du dévouement des équipes rédactionnelles et de la haute tenue des articles".

 

 

F6DNV, REF 10636 présenté par F2VX

André Belleville, F6DNV est né le 9 mars 1935 à Crézancy-en-Sancerre. Il adhère au REF le 28 janvier 1958 et devient REF 10636. Il est présenté par Jean Latreille REF 7631 qui sera ensuite F1DYT.
Il est à l’époque contrôleur militaire à Bourges (Cher). En 1973, il devient F6DNV et fonde le radio-club F8KKJ de la Chancellerie à Bourges. Il en est le président fondateur, et André sera ensuite le secrétaire de l’ED 18, puis président de l’ED pendant plusieurs années. Aujourd’hui, il réside toujours à Bourges et participe un peu aux activités de F8KFJ, le radio‑club de Bourges. Mais à la suite d’ennuis de santé, il n’est plus actif sur l’air. Il garde néanmoins toujours sa station en état de marche, et sa qualité de membre du REF. 

 

F2JR, REF 10780 présenté par F1DUE


Jean-Marc Roques, F2JR est né à Figeac (46) le 24 mai 1933. Il précise : « J’adhère au REF en février 1958 sous le numéro 10780, mais je n'ai été autorisé à trafiquer qu'en avril de cette même année avec l’indicatif F2JR. Je fais mon premier QSO en AM le 25 février sur 7 MHz, que de souvenirs heureux !
Par la suite, j'ai découvert le 3,5 MHz et le 14 MHz, toujours en AM, grâce au convertisseur à tubes de Mics-Radio, le HA 64. Le premier janvier 1959, j'ai rejoint le CIT 58 à Cahors (46) pour un service militaire de deux ans. Le CIT 58 était à l'époque commandé par un lieutenant-colonel lui-même radioamateur, mais je ne me souviens plus de son indicatif. C'est à cette époque que je découvre le récepteur militaire BC 312/342, l’émetteur 399 et bien d'autres appareils que j'ai pu utiliser pour me distraire et faire de nombreux QSO…
Libéré des obligations militaires en décembre 1960, j'ai été nommé enseignant au Collège Technique de Souillac (46), et c’est à ce moment que j'ai repris mes activités radio. J'ai réalisé un émetteur plus puissant et plus complet que celui que j’avais construit par le passé (du 3,5 MHz au 28 MHz). Je l’ai équipé d'un push-pull de lampes 807 modulées par un push-pull d'EL34, ce qui m'a permis de faire le tour de la planète grâce aux bandes hautes 21 MHz et 28 MHz.
Nommé ensuite au lycée de Villefranche-de-Rouergue (12), je me suis lancé dans la BLU avec un émetteur-récepteur commercial, le FT 250. J'ai rencontré dans l'Aveyron des OM fort sympathiques et je corresponds toujours avec eux, mais je n’ai pas oublié mes amis du Lot.
A partir de 1972, nommé au lycée Marie-Curie de Tarbes (65), je me suis installé à Bagnères-de-Bigorre où Maurice F9NL m'a initié aux VHF et UHF. C’est le début de mon activité en 1296 MHz et 2320 MHz.
Je suis maintenant à Bagnères-de-Bigorre à titre définitif et je pratique surtout le trafic en portable sur des points hauts »

 

F2JC, REF 10879 présenté par F1DUE

Jean Croiset, F2JC est né à Asnières (Cher) le 28 septembre 1931.
Jean découvre le monde des radioamateurs à la faculté de Pharmacie de Bordeaux où il rencontre un enseignant qui est radioamateur. C’est F8OR, qui lui communique cette passion et lui donne l’envie de construire récepteurs, émetteurs et antennes.
Ingénieur en radioprotection, Jean passera sa vie à régler les appareils de radiothérapie et contrôler les rayonnements ionisants pour un traitement des malades en toute sécurité et pour la protection des manipulateurs.
Jean passe son examen de radioamateur avec succès au début de 1958 pour devenir F2JC. Puis, il est présenté au REF par ses deux parrains Jean-Claude Pucheu F2AK et Pierre Candolives F9DP en mars 1958, il est enregistré sous le numéro 10879.
F2JC est très peu actif sur les ondes, il préfère construire et expérimenter.
Actuellement, Jean passe une retraite paisible avec son épouse à Port-de-Lanne (40).

 

F5PQ, REF 10927 présenté par F2VX

Paul Raigne, F5PQ/FF8CK est né le 24 juillet 1930. Il adhère au REF en mars 1958.
Il est à l’époque gendarme, en poste à Dakar (Sénégal), pays qui fait partie de l’A.O.F. - Afrique Occidentale Française. Il devient donc REF 10927 sous son indicatif FF8CK, qui deviendra ensuite 6W8CK lors de l’indépendance du Sénégal. Il trafiquera sous cet indicatif de 1962 à 1965, et sur sa QSL sont mentionnées les caractéristiques de sa première station de construction OM : une puissance de 250 watts (tube 4/250A), modulée « plaque-écran » par une 813 ; antenne  Ground Plane ou Cubical Quad et récepteur AME 7G. Bref, une superbe station pour un grand DXman en 1958 !
En 1966, Paul rentre en métropole et devient F5PQ à Mazères en Ariège (09), puis en fonction de sa carrière dans la gendarmerie et la gendarmerie mobile, il sera successivement à Amiens en 1969, à Biscarosse en 1971, à la Teste en Gironde en 1972, et revient à Mazères en 1976 lors de sa mise en retraite.

 

 

F2YE, REF 10931 présenté par F2VX

Roger Fabio, F2YE est né le 20 juin 1930 et adhère au REF le 4 avril 1958 sous le numéro 10931, présenté par Jean Lemoigne F8YE. Il est alors électricien-dépanneur radio à Unieux dans la Loire. Il exercera ensuite son activité à Firminy. Après son service militaire dans l’arme des transmissions, il s’intéresse à l’émission d’amateur et en 1962, il devient F2YE. Il réside encore à ce jour à Firminy (42700).

 

 

F2IA, REF 11108 présenté par F1DUE

Roger Pouzat, F2IA est né à Clermont-Ferrand (63) le 31 janvier 1931.
Il précise : « L’origine de ma passion pour le radioamateurisme remonte aux années 1940, ou l'écoute clandestine en OC des émissions en direction de la France '' Ici Londres .... '' avec les messages personnels pour les nombreux résistants à l’occupant, était peu appréciée des autorités de l'époque. C’est à ce moment que j’ai attrapé le virus qui ne m’a toujours pas quitté depuis 80 ans !!
Quelques années plus tard, j‘ai suivi une formation de radioélectricien qui débouche sur un diplôme et une rentrée dans la vie active en 1950 pour faire de la maintenance du matériel radio à bord des avions, pour moi c’était le rêve ! En 1965, je rentre dans la grande maison Michelin pour y terminer ma carrière et me fixer définitivement à Clermont-Ferrand.
Mon premier contact avec les OM se fait dans mon milieu professionnel. C’est mon ami F9KW (merci Maurice) qui m’incite à construire mes appareils : récepteur, émetteur, antennes et préparation en solo de l'examen, y compris la télégraphie, pour décrocher mon indicatif F2IA en 1958. C’est aussi en juin 1958 que j’adhère au REF sous le numéro 11108.
Entre vie familiale et vie professionnelle, il y avait toujours place pour un QSO en AM, puis en BLU.  L’OM était toujours en recherche de nouvelles contrées ! Le trafic représentait de bons moments, souvent interminables mais parfois angoissants. Je cite de mémoire : Tchernobyl en 1986 pour aider un enfant et sa famille en UX3 à venir définitivement en VE2 mais seulement deux ans après la catastrophe ! Le conflit au Rwanda, pour assurer les liaisons d'une ONG avec Paris, ou en 2003, liaisons radio avec le Tchad pour une association ''l'Auvergne pour un Enfant''.
J’ai eu des responsabilités au sein du REF 63 durant mes premières années de retraite. J’ai participé à de nombreux QSO de septembre 1988 et durant 1989, avec l'indicatif TM7EU, au centre de l'Europe des 12 états qui était à l’époque à Saint-André-le-Coq (63).
Fidèle aux grands rendez-vous du REF, nous avons participé avec mon épouse à de nombreuses AG, pour le plaisir des rencontres avec d’autres OM.
Maintenant le transceiver a laissé sa place à l'ordinateur, avec d'autres activités plus tranquilles ! Mais, même si l'informatisation galopante du QRA a pris le dessus, l’esprit OM persiste ».